Le projet «Ville Hopital»

Aujourd'hui, 5 % des chimiothérapies prescrites en France le sont sous forme orale.

Cette voie d'administration permet d'envisager de nouveaux modes de prise en charge puisqu'elle ne nécessite ni recours à un établissement hospitalier, ni prise en charge par l'hospitalisation à domicile (HAD).

 

Avec le développement de molécules anti-tumorales par voie orale (per-os), les oncologues doivent mettre en place de nouvelles modalités de suivi pour assurer une qualité, une sécurité et une continuité des soins. C’est pour cela que le service d’Oncologie médicale de l’Hôpital européen Georges Pompidou a décidé de mettre en place un projet de suivi individualisé pour l’ensemble des patients sous traitement anticancéreux par voie orale.
Cette expérience pilote repose sur deux principales mesures d’accompagnement : la consultation d’éducation thérapeutique pour tout nouveau patient qui débute un traitement anticancéreux par voie orale et un suivi à domicile du patient en lien avec les professionnels de ville et les réseau de santé en cancérologie.
Le projet ADOM (accompagnement à domicile) est donc un projet en phase avec l’actualité sanitaire et avec les objectifs des pouvoirs publics qui, avec le Plan Cancer II (2009-2013), souhaitent souligner le lien ville-hôpital.

L’objectif premier de l’expérience ADOM est d’améliorer la sécurité et la qualité des soins au domicile des patients pris en charge pour une tumeur.
L’objectif secondaire est de replacer le médecin traitant au cœur du parcours de soins ainsi que l’ensemble des acteurs de ville et d’évaluer un certain nombre de critères (observance en fonction de l’âge des patients et de leur isolement social, gestion des complications au domicile, nombre d’hospitalisation non programmées, impact sur la qualité de prise en charge pour les patients comme pour les professionnels).

Un médecin a été missionné sur le projet ADOM et a souhaité s’investir totalement dans ce projet dans le cadre du service d’Oncologie médicale.

Les principales étapes de cette expérience pilote ont été les suivantes :

  • La consultation d’éducation thérapeutique : elle est fondamentale parce qu’elle permet au patient et à ses proches d’intégrer toutes les informations et de réagir rapidement en cas d’effets secondaires. Cette consultation comprend quatre temps depuis la mise en place de l’observance laissant le choix au patient de l’horaire de la prise du traitement, les informations sur les effets secondaires éventuels et la réponse à apporter, l’évaluation globale du patient, l’information sur le lien avec la ville et enfin quand le patient l’accepte, l’inclusion dans un réseau de santé.
  • Le lien avec les professionnels de ville : pour chaque patient, le médecin traitant et le pharmacien ont été contactés par téléphone et informés du traitement le jour même de la consultation. Le suivi infirmier a été mis en place dans 50 % des cas de façon hebdomadaire. Mais il est rapidement apparu nécessaire d’augmenter la fréquence des passages et d’instaurer un suivi quotidien pour les patients âgés et/ou isolés.
  • La gestion des effets secondaires : ils ont été traités en lien avec les professionnels de ville, à domicile, par le médecin traitant, grâce à cette coordination.
  • Le contact téléphonique : fondamental, il permet le lien direct entre les patients et les différents acteurs ; il permet de gérer les effets secondaires ; il permet de rassurer les patients.
  • La Satisfaction des acteurs : les patients et leurs proches se sont montrés très satisfaits parce que le temps d’écoute était important et fondamental pour les rassurer. Les professionnels de santé de ville ont vu cette expérience d’un œil positif parce que via le projet ADOM, ils étaient informés du traitement dès le jour de la décision par courriel, avec les numéros de téléphone des personnes à contacter en cas de remarque ou question.


ADOM apporte donc une sécurité des soins. Cet accompagnement permet de créer le lien entre les professionnels de santé de ville et les hospitaliers. Il développe l’implication des réseaux de santé en cancérologie. Il accompagne le patient et ses proches durant la prise en charge.

 

Mis à jour le 06 mai 2011, validé par le Directeur de publication