Les cancers gynécologiques

Ces cancers regroupent le cancer du sein, de l'ovaire, de l'utérus et de l'endomètre.

Le traitement d’un cancer du sein comprend la chirurgie, complétée par un ou des traitements complémentaires.

Ils sont nommés « adjuvants » s’ils sont administrés après la chirurgie.

Ils sont « néo-adjuvants » s’il faut les réaliser avant la chirurgie pour rendre opérable une tumeur ne pouvant l’être d’emblée.

  • La Chirurgie

Elle peut-être conservatrice (ablation de la tumeur - tumorectomie) ou radicale (ablation totale du sein – mastectomie), en raison de la taille de la tumeur.

La chirurgie est complétée par un curage axillaire : ablation des ganglions lymphatiques situés sous le bras (aisselle). Ils drainent l’ensemble du sein comme un filtre. Ils sont souvent plus d’une vingtaine. Il est indispensable de savoir s’ils sont sains ou malades. Une douzaine de ganglions est retirée pour analyse. Cela permet d’adapter au mieux les traitements adjuvants (chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie, radiothérapie).

  • Les traitements adjuvants

Ils sont administrés après la chirurgie pour prévenir une éventuelle rechute et augmenter les chances de guérison.

Chimiothérapie

Elle a pour but de supprimer d’éventuelles cellules tumorales résiduelles. Elle est indiquée en fonction de la taille de la tumeur, de l’envahissement ou non des ganglions et de l’analyse des cellules de la tumeur. Cette analyse permet de déterminer le grade de gravité et de pronostic et la présence ou non de récepteurs hormonaux.

La chimiothérapie consiste en une série de cycles de traitement hebdomadaire ou toutes les 3 semaines. Il existe plusieurs drogues utilisables seules ou en association. Le choix est fait en fonction des caractéristiques de la tumeur. En situation adjuvante, il s’agit d’un traitement préventif des rechutes. Il n’y a pas de signes d’efficacité immédiate.

 

Hormonothérapie

La présence à la surface des cellules tumorales de récepteurs hormonaux (œstrogènes et progestérone) entraîne la fixation des œstrogènes qui stimulent la croissance de la tumeur. L’hormonothérapie a pour but de bloquer l’action ou la synthèse des œstrogènes.

Les anti-œstrogènes s’opposent à la fixation des œstrogènes sur leurs récepteurs.

Les anti-aromatases empêchent la synthèse des œstrogènes chez les femmes ménopausées.

En situation adjuvante, ces traitements bloquent le développement des cellules tumorales potentiellement restées dans l’organisme et préviennent une rechute qu’elle soit locale ou sous forme de métastase.

 

Thérapeutique ciblée

Si les cellules tumorales possèdent à leur surface une protéine appelée HER2, un traitement par un anticorps monoclonal (l’Herceptine) peut-être proposé. Il augmente la réponse à la chimiothérapie et diminue le risque de métastase.

 

Radiothérapie

Ce traitement utilise des rayonnements ionisants qui agissent au niveau du noyau cellulaire et empêchent la multiplication des cellules. En traitement adjuvant, elle est indiquée après la chirurgie à titre préventif pour diminuer le risque de rechute.

  • Les traitements néo-adjuvants

Les même traitements  peuvent dans certains cas être administrés avant la chirurgie si la tumeur ne peut être opérée d’emblée. Ceci permet de suivre l’efficacité du traitement sur la tumeur, de réduire le volume tumoral et éventuellement de pratiquer une tumorectomie au lieu d’une mastectomie.

Mise à jour le 15 sptembre 2011, validé par le Dr de Publication